2013-2015

Terres d'Islam. L'Ariana sort de ses réserves II

UN PATRIMOINE EXCEPTIONNEL MIS EN LUMIÈRE POUR LA PREMIÈRE FOIS

Photo de l'oeuvre Bol Iran, fin du XIIIe ou début du XIVe siècle

Bol
Iran, fin du XIIIe ou début du XIVe siècle
Pâte siliceuse, décor peint sous glaçure
D 14,5 cm ; H 5,8 cm
Legs Parvine Meylan, 2012

Le Musée Ariana conserve une collection conséquente de plus de 700 pièces de céramique islamique, couvrant une période de douze siècles d’histoire – du 9e au 20e siècle – dans une large aire géographique s’étendant de la Transoxiane (Ouzbekistan actuel) en passant par l’Iran, la Turquie, la Syrie, l’Égypte jusqu’à l’Espagne.

TERRES D'ISLAM - L'ARIANA SORT DE SES RÉSERVES II

Cette production se distingue par la grande variété de ses formes et de ses décors. Le bol, avec toutes ses déclinaisons allant du gobelet à la coupe, est omniprésent, même si les formes fermées : aiguière, pichets, vases ne sont pas en reste. La céramique islamique est avant tout une vaisselle d’usage, bien que certains décors sophistiqués et fragiles excluent toute utilisation courante. Les carreaux de revêtement carrés, rectangulaires, en forme d’étoiles ou de croix, qui contribuent à la magnificence des palais et mosquées, sont également intimement liés au répertoire de la céramique islamique.
Au niveau des décors, les terres argileuses ou siliceuses sont peintes dans une polychromie dans laquelle dominent le bleu de cobalt, le turquoise et le lustre métallique. Calligraphie, figures humaines ou animaux, décor végétal ou calligraphique, la diversité et les combinaisons sont infinies. Bol en faïence de Mésopotamie ornée d’une inscription dédicatoire calligraphiée, assiette ottomane aux célèbres tulipes et œillets, plaque de mirhab lustrée ou vase safavide imitant le décor bleu et blanc de la porcelaine chinoise, cette production révèle le faste, la diversité et la liberté des potiers arabes. Le goût européen pour l’orientalisme au XIXe siècle mettra en lumière les collections anciennes ; l’étude des restaurations et altérations subies par ces pièces au fil du temps enrichira le propos.

Après la faïence italienne en 2006, le Musée Ariana ouvre au public, avec « Terres d’Islam », le second volet de ses collections, en exposant non seulement les chefs-d’œuvre, mais également les spécimens plus courants et moins bien documentés, les attributions douteuses et les faux éventuels, tous porteurs de sens et d’histoire.

Un catalogue richement illustré a été édité à cette occasion.

PARTENAIRES ET SPONSORS

Cette exposition reçoit le généreux soutien financier des fondations suivantes:

Ceramica Stiftung
Fondation Amaverunt
Fondation Ahmed & Mehkameh Vahabzadeh
Fondation Leenaards
Fondation Max van Berchem
Sandoz - Fondation de Famille

Informazioni pratiche

Luogo

Piano terra

Tipo di pubblico

Tutti