MM-038961
MM-376161
MM-377143
MM-377458
MM-378302
MM-379732
Image HD
Commander l'image en HD
Image HD
Commander l'image en HD
Image HD
Commander l'image en HD
Image HD
Commander l'image en HD
Image HD
Commander l'image en HD
Image HD
Commander l'image en HD

Descriptif de l'œuvre

Notice
Cette « bijouterie de porcelaine » – une expression parfois utilisée au 18e siècle pour désigner des objets décoratifs composites et très luxueux – était probablement destinée à garnir le dessus de la cheminée ou la commode d’un très riche commanditaire. Elle constitue le témoin d’une mondialisation culturelle avant l’heure. Au centre, des figurines en porcelaine de Saxe représentent un petit Cupidon accompagnant Thalie, la muse de la Comédie : un groupe réalisé d’après le modèle créé par Johann Joachim Kaendler (1706–1775), maître modeleur et directeur artistique de la Manufacture de Meissen. Une profusion de 83 fleurs en porcelaine tendre de Vincennes, ont été finement modelées, pétale après pétale, par les ouvrières de cette manufacture, puis fichées sur des tiges métalliques laquées au naturel. Pour enchâsser le boîtier de la pendule – dont le mouvement est signé Julien Le Roy (1686–1759), qui n’était autre que l’horloger de Louis XV – une partie d’un vase en porcelaine de Chine, nappé d’un émail céladon vert pâle, a été débité sans autre état d’âme pour n’en conserver qu’un cylindre bombé. Cette fantaisie de porcelaine est disposée sur un étonnant socle en bronze doré qui évoque une architecture de jardin, avec tourelle, arche et cascade. Luxe et accumulation n’effrayaient pas les marchands parisiens de l’époque pour satisfaire leur clientèle favorite composée de rois, de princes et autres membres de la noblesse friande d’objets exubérants.
porcelaine moulée, décor peint aux émaux polychromes et à l'or (groupe); porcelaine tendre modelée, décor peint aux émaux polychromes (83 fleurs); porcelaine moulée, émail vert céladon (cylindre); tiges en métal laqué; mouvement rond à deux corps de rouage, avec sonnerie au passage et à chaperon (cloche fixée sur la porte du cabinet); monture en bronze doré
haut.: 48.5 cm larg.: 37.5 cm prof.: 29 cm
N° inventaire
AR 2003-210

Plus d'informations

Don Association du Fonds du Musée Ariana (AFMA), 06.2003

Cette œuvre a figuré dans les expositions suivantes:

Expositions
« Meissen ∙ Folies de porcelaine. Trésors dévoilés de collections suisses », Musée Ariana, 07.02.2020 - 06.09.2020

Cette œuvre est actuellement exposée au musée

Bibliographie de l'œuvre

Faÿ-Hallé, Antoinette, Comment reconnaître une porcelaine de Saxe du XVIIIe siècle, Paris, 2008, fig. 39 (l'objet en question) ()

Adams, Yvonne, Meissen Figures 1730-1755. The Kändler Period., Schiffer Publ. Ltd., Atglen (PA), 2001, N° 360 (variante du groupe Thalia) ()

den Blaauwen, Abraham L., Meissen Porcelain in the Rijksmuseum, Waanders Publishers, Amsterdam, 2000, pp. 449-451 (sur la série des Muses) ()

Frühes Meissener Porzellan. Kostbarkeiten aus deutschen Privatsammlungen, Munich, 1997, fig. 51 p. 81 (variante de pendule) ()

Le Duc, Geneviève, La porcelaine tendre de Chantilly au XVIIIe siècle, Paris, 1996, p. 162 (variante de pendule, mouvement Julien Le Roy, tiges laquées) ()

Blaettler, Roland; Schumacher, Anne-Claire, « Enrichissements du Musée Ariana en 2003 », p. 389, fig. 1 (Oeuvre)

Bibliographie des variantes de cette œuvre

Charleston, R.J. et alii, Meissen and other European Porcelain - Oriental Porcelain. The James A. de Rotschild Collection at Waddeson Manor., Fribourg, 1971, fig. 37 (variante de pendule, tiges laquées) (Comparaison)

Autres œuvres du même auteur

Michel Victor Acier (?, 1736 - ?, 1799), sculpteurManufacture de Meissen (1709 - ), manufacture
Figurine « Schadenfreude », Meissen, limite 18e s. 19e s.
Manufacture de Herend (Herend, 1826 - ), manufactureManufacture de Meissen (1709 - ), auteur modèle
Sucrier, Herend, 1861-1862
Manufacture de Meissen (1709 - ), manufacture
Boîte, dite Tabatière, Meissen, 1750-1760
Manufacture de Meissen (1709 - ), manufacture
Médaille commémorative, Meissen, 1973