2019-2021

La maison imaginaire

Uwe Wittwer, Aiko Watanabe, Jürg Halter

vue de l'exposition La maison imaginaire avec les oeuvres de Uwe Wittwer, Aiko Watanabe, Jürg Halter
© Boris Dunand, Musée Ariana

Le Musée Ariana ouvre ses portes à l’artiste visuel Uwe Wittwer (Suisse, 1954), pour une double exposition qui fait la part belle au dialogue entre les disciplines artistiques.

Le point de départ de l’exposition « La Maison imaginaire » est le film culte de Kenji Mizoguchi : « Contes de la lune vague après la pluie » (en japonais : « Ugetsu Monogatari »), 1953. Ce film relate l’histoire d’un potier et de sa famille au 16e siècle. Sur fond de guerre civile, ce conte romantique, situé au bord du lac Biwa, filmé comme une peinture en noir et blanc, mêle réalité et esprits, amour, ambition et perte.

S’appuyant sur ce terreau fertile, Uwe Wittwer (Suisse, 1954), Aiko Watanabe (Japon, 1971) et Jürg Halter (Suisse, 1980) expriment, chacun dans la discipline artistique qui leur est propre, une vision personnelle du film. Ainsi, les aquarelles et les impressions numériques d‘Uwe Wittwer côtoient, dans un dialogue fécond, les grès d’Aïko Watanabe et les courts poèmes de Jürg Halter.

Le Musée Ariana s’ouvre par cette exposition à la pluralité de l’expression contemporaine, au sein de laquelle la céramique constitue un ancrage fondamental.

Visiter la page du second projet ici: Les écrins de la colère

Flyer (F/D/E/I)   

Comment est née l'idée de l'exposition ?
La réponse en images avec la commissaire Anne-Claire Schumacher.

Informations pratiques

Lieu

Salle contemporaine

Type de public

Tous publics

Autour de l'exposition

piece

Les Écrins de la colère

11 décembre 2020 - 23 mai 2021
Uwe Wittwer

Les douze vitrines de la galerie du premier étage accueillent le second projet d’Uwe Wittwer (Suisse, 1954) au Musée Ariana.

En savoir plus
vue de montage d'exposition
En coulisse
|
1 mars 2021

Impressions de montage #1

de
Anne-Claire Schumacher

Un montage d’exposition constitue toujours l’apogée du long cheminement d’un projet. 90 aquarelles à accrocher au mur, 90 impressions numériques à coller sur le mur selon un quadrillage rigoureux : un réel défi !